Grâce à la polémique lancée par J-M Baylet, la réponse du Petit Journal évite la discussion sur le fond : les indemnités des élus sont-elles généralement trop hautes ?

Le tableau, avec tous les chiffres à l’appui, démontre clairement que l’augmentation n’est pas de 23% mais évite de mentionner l’amendement du PS pour réduire ce montant.

Il donne les chiffres bruts et nets. Dans mon article précédent, j'ai noté que La Dépêche Lot et Garonne indiquait « chiffre net » alors que pour le Tarn et Garonne il n’y avait rien (donc il fallait lire brut).

L’augmentation pour le président est de 0,36% si on tient compte du vote de 2013 (et non 136% comme le dit La Dépêche)  : Baylet (comme Camani PS à Agen) étant sénateur il devait écrêter. Pour le PRG à Tarbes pas de souci La Dépêche ne dira rien.

 Le journal mentionne une moyenne affichée pour les départements compris entre 250 000 et 500 000 habitants or cette moyenne reprend ou dépasse (!) les montants maximum ! Il y a dû y avoir une coquille !

Comme je l’ai indiqué nous avons à présent des débats ce qui n’était pas le cas. Pourquoi à la tribune de presse y avait-il auparavant seulement trois présents : La Dépêche, Radio Nostalgie, et les Nouvelles du Tarn-et-Garonne et subitement le nombre est multiplié plus que par deux, avec foule dans les tribunes, quand auparavant la présence de trois personnes était le maximum.

Voilà un bon point pour la démocratie.

 JMB a décidé de contre-attaquer avec ses appuis nationaux dans la presse qui, en effet, fonctionnent à merveille. Et il ose le faire sur une question, les indemnités, où il a été si longtemps cumulard !

 Conséquence sur le Petit Journal  : rien sur les présidents de commission, rien sur les autres sujets, rien sur le fait que les votes sur le règlement intérieur ont pu être variés etc. Il en profite pour rappeler la chasse aux voitures de fonction et la chasse aux frais de bouche.

 Le groupe des non-inscrits (Barèges) indique sa satisfaction de voir « une juste répartition des pouvoirs dans les commissions, laissant la place à plusieurs sensibilités politiques de s’exprimer. » Je constate que Mme Ferrero élue avec Viguié a quitté les Indépendants pour son groupe tandis que Mme Debiais a quitté le PRG pour les Indépendants.

 J'ajoute que dans un texte vengeur envoyé aux militants (le site du PS 82 me semble endormi) reprenant l'article de La Dépêche Valérie Rabault a fait preuve de précipitation dans la dénonciation : "Alors, oui, honte à l'UMP départementale et au nouveau président Astruc qui s'est mis sous les jupes de Madame Barèges", oubliant de mentionner que les élus PS ont voté les indemnités ce que La Dépêche a fait comprendre en donnant le nombre de votes (23 contre 7). Une telle info n'est pas donnée pour les autres votes.

 Pour Valérie Rabault les baisses de dotation c'est pour réduire "le train de vie de certaines collectivités", observation qui me paraît fantaisiste pour quelqu'un en charge de rapporter le budget. Pour faire baisser les indemnités il faut s'en remettre aux bonnes volontés et non à la loi. Le maximum des indemnités a été mis en place par une circulaire de Sarkozy en 2008 et pour une baisse, il suffit d'une nouvelle circulaire de Hollande !

En la manière, la politique ce ne sont pas les polémiques locales mais les décisions nationales (je suis pour une baisse de 20% nationale). Il m'est arrivé de lire des textes mieux inspirés de la députée.

Jean-Paul Damaggio

P.S. Comme toujours je pointe chez les uns et chez les autres ce qui me paraît juste ou faux. Je ne roule pour personne sauf pour la démocatie qui suppose la confrontaiton des arguements.