Le site du communiste Nicolas Maury appartenant à la tendance "la faucille et le marteau" du PCF a publié un compte-rendu de la rencontre PCF-FI du 2 mai. Ce document a été repris par Médiapart. Pour France Insoumise Manuel Bompard a répondu en commentaire en faisant le bilan de toutes les rencontres. Et le site de Nicolas Maury a alors donné les circonscriptions en débat. A chacun de juger des arguments des uns et des autres. J-P Damaggio

 

Source: http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Le-compte-rendu-de-la-rencontre-PCF-FI-du-2-mai-Et-la-reaction-de-la-France-insoumise_a11895.html

Chers camarades, 

- Délégation du PCF : Pierre Laurent, secrétaire national, Pascal Savoldelli en charge des élections, Lydie Benoist, membre du CEN, Julien Zoughebi, directeur de cabinet de Pierre Laurent 

- Délégation FI : Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, Martine Billard, responsable aux élections, Francis Parny, espace politique FI, Rafik Qnouch, espace politique FI, 

Nous avons eu un échange sur le second tour de l'élection présidentielle et des positions respectives de nos formations ; nous avons alerté sur la signification politique inquiétante d'un accord entre FN et Dupont Aignan, ainsi que sur la volonté de Macron de désigner des candidats de la majorité présidentielle en recyclant l'électorat PS et une partie de celui de LR. 

Pierre Laurent a donné les éléments de la nouvelle proposition du Parti, validée par le CEN : 

« Fort du résultat de Jean-Luc Mélenchon le 23 avril, nous avons le devoir d'ouvrir de nouvelles perspectives de victoire aux sept millions d'électeurs qui ont voté ainsi, et à toutes celles et ceux qui, à gauche, peuvent se reconnaître dans une telle perspective. Nous ne voulons ni d'une Assemblée nationale aux mains de l'extrême droite et de la droite, ni d'une Assemblée nationale aux ordres d'Emmanuel Macron. Nous voulons une majorité pour changer. Pour être à la hauteur de cette ambition, il est crucial que les forces qui ont permis le résultat du 23 avril, la France insoumise, le Parti communiste, Ensemble, R&S, les militants du Front de gauche, NGS, des écologistes et toutes celles qui voudront se joindre à elles pour cet objectif, unissent leurs énergies et présentent dans chaque circonscription une candidature capable de porter le plus loin possible le résultat et, dans des centaines d'entre-elles, de se qualifier au second tour et de l'emporter. » 

Suite à l'intervention de Jean-Luc Mélenchon, dimanche sur TF1, parlant d'un accord législatif « avec ses alliés », nous avons eu un échange divergent sur la conception même d'alliés. Nous avons discuté de cette conception, valorisant la diversité des forces politiques et citoyennes (dont le PCF) qui avaient permis le score de Jean-Luc Mélenchon, en proposant une bannière commune pour tous les candidat-e-s, qu'ils soient ou non France insoumise. Une fois encore, nous avons rappelé qu'il n'était pas question pour le PCF de se fondre dans FI. Favorables à un accord, nous avons mis en débat notre disponibilité à créer une appellation commune dans les circonscriptions concernées. 

FI a refusé. Pour la délégation de France insoumise, plusieurs exigences restent incontournables comme celle d'un même programme, d'une même identification, d'une même charte pour tous les candidat-e-s. 

Pour eux, soit l'accord est national dans FI, soit il est limité à quelques circonscriptions. 

La délégation FI considère les 7 millions d'électeurs comme un vote d'adhésion au programme de Jean Luc Mélenchon, assuré du report de ce corps électoral sur le vote à la législative. 

La délégation du PCF a porté la discussion sur la nécessité de travailler à un accord sur un nombre élevé de circonscriptions, respectant les forces partenaires en présence, afin de gagner à égalité plusieurs dizaines de députés, voire imaginer une majorité bien à gauche afin de contrer la politique macroniste… 

La délégation de FI a émis un avis négatif et préfère travailler sur une liste de deux fois 30 circonscriptions à se répartir mutuellement, sans nous avoir donné connaissance de cette liste. Mais dans les 30 circonscriptions « réservées » au PCF, Fi compte des députés sortants et nous parle de 15 membres du PCF qui auraient été labellisés par la FI. Suite à une interruption de séance, ils ont mis fin à la rencontre pour faire un point avec leur direction nationale.

Une réunion des secrétaires fédéraux est prévue mercredi 3 mai afin de porter à leur connaissance tous les éléments politiques de ces discussions, et de permettre à nos responsables départementaux de contribuer à la réflexion et aux décisions nationales.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

DERNIER COMMENTAIRE 05/05/2017 14:07  De Manuel Bompard

Cher Pierre, chers camarades, Nous avons pris bonne note du courrier que tu nous as transmis suite à notre échange du mardi 2 mai à propos des élections législatives. Cette discussion constituait la 5 ème rencontre entre le PCF et des délégations de la France insoumise depuis le mois de janvier.

Aucune de ces rencontres n’a pour l’instant permis d’avancer malgré les propositions que nous avons faites à plusieurs reprises: Au mois d’octobre dernier, nous invitons le PCF à prendre toute sa place au sein de la France insoumise pour permettre une articulation étroite entre les élections présidentielles et législatives. 

Dans l’Humanité du 11 janvier, tu réponds qu’il n’y aura pas d’accord entre le PCF et la France insoumise. Nous avions pris acte de ce refus. -En janvier 2017, nous prenons cependant connaissance de votre souhait que nous n’investissions pas de candidat dans un nombre réduit de circonscriptions, principalement celle de vos députés sortants.

Nous vous proposons donc de travailler dans un esprit de responsabilité à des accords de désistements réciproques. Cette méthode est refusée par votre délégation au cours du mois de février. Bien que nous ayons toujours laissé ouverte la porte des discussions, vous n’êtes pas revenus sur ce refus avant le 1er tour de l’élection présidentielle. Nous avons d’ailleurs été étonnés dans le même temps de vous entendre dire que nous ne répondions pas à vos demandes de rencontre.

Après le 1er tour, toujours guidé par la volonté d’œuvrer à un accord, nous prenons malgré tout l’initiative de vous proposer une rencontre. Elle s’est tenue le 28 avril dernier dans nos locaux. La veille, nous avions appris par la presse une proposition que vous souhaitiez nous faire. Lors de cette rencontre, tu n’as ni voulu confirmer ni démentir cette information.

La discussion n’a, de fait, pas pu avancer mais nous avons convenus d’un nouvel échange pour le 2 mai. Quelques heures avant la réunion, nous découvrons par la presse que vous souhaitez maintenant un accord national, en contradiction avec votre refus de janvier.

Il nous est difficile de suivre ces changements qui nous interrogent sur votre volonté d’aboutir à un accord. Il est donc temps que nous avancions car nous ne pouvons plus retarder notre entrée en campagne. Nous ne pouvons bien évidemment pas être d’accord avec votre demande: il s’agirait de partager le territoire entre 50% de candidatures communistes portant le programme du PCF et 50% de candidatures de la France insoumise s’inscrivant dans la continuité de la campagne présidentielle.

Ce serait rendre impossible le fait de retrouver à l’élection législative les 7 millions de voix qui se sont portés sur le programme de Jean-Luc Mélenchon. Ce serait diluer la force conséquente que nous avons rassemblé dans des campagnes différentes d’une circonscription à l’autre. Ce serait réduire à néant plusieurs mois d’effort pour proposer au peuple français un projet politique clair et cohérent. 

Ce serait trahir la confiance des 500 000 personnes qui ont contribué à cette démarche et qui ne veulent plus d’accords électoraux sans cohérence. Ce serait une faute politique et stratégique que nous ne pouvons pas commettre si nous voulons proposer à l’élection législative une perspective majoritaire. Si vous souhaitez un accord sur l’ensemble du territoire, nous vous proposons donc, une nouvelle fois, de travailler à ce que des candidats du PCF puissent s’inscrire dans la campagne de la France insoumise pour les élections législatives.

C’est d’ailleurs déjà le cas de plusieurs d’entre eux, comme d’ailleurs de militants d’Ensemble, d’EELV, de la NGS ou du PG qui se sont regroupés dans ce cadre qui rassemble déjà très largement. Si vous refusez à nouveau cette main tendue, nous sommes toujours prêts à examiner un accord de désistement réciproque. Bien sûr, nous regretterions dans ce cas que vous preniez la responsabilité d’une division dans la grande majorité des circonscriptions.

En effet, des candidats qui portent la démarche et le programme de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle y sont d’ores et déjà investis. Nous demandons alors que cette situation de concurrence soit assumée comme telle et que cessent les procédés de certains de vos candidats visant à créer une confusion dans l’esprit des citoyens. Nous souhaitons donc la mise en place de règles de bonnes conduites permettant la clarté pour les électeurs : Non utilisation du nom et de l’image de Jean-Luc Mélenchon par les candidats du PCF pour leur matériel de campagne et leur matériel officiel afin de ne pas induire en erreur les électeurs et de respecter son droit à l'image. Non utilisation du logo par tous les candidats, étant donné que le Front de Gauche -composantes de ce rassemblement seront divisés - dans l’élection.

Nous vous proposons donc un accord sur 52 circonscriptions afin de permettre une représentation importante du PCF et de la France insoumise à l’Assemblée Nationale.

Dans 11 circonscriptions à travers le pays, la France insoumise a d’ores et déjà investi des candidats issus du PCF ou rattachés à lui (03-02, 06-01, 06-05, 09-01, 12-02, 71-02, 78-06, 79-01, 80-01, 82-01, 87-03). Ces candidats n’auront donc pas de concurrence.

Nous proposons de retirer ou de ne pas investir de candidats dans 15 autres circonscriptions : celles des 7 députés sortants du PCF (13-13, 18-02, 59-16, 59-20, 60-06, 63-05, 93-04) -8 circonscriptions parmi celles que vous nous avez demandé en février et sur lesquelles le -score de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle a été parmi les plus hauts du pays (02-04, 69-14, 76-03, 76-06, 76-08, 92-01, 92-11, 93-02)

En contrepartie, nous souhaitons que le Parti Communiste retire ou n’investisse de pas candidats sur 26 circonscriptions : 09-02, 13-03, 13-04 ou 13-07, 31-04, 31-09, 34-02, 38-03, 57-08, 59-01, 60-03, 62-03, 75-06, 75-09, 75-10, 75-15, 75-16, 75-17, 84-01, 91-01, 91-10, 93-01, 93-06, 93-07, 94-02, 94-10, 95-08.

Après plusieurs mois d’échanges, à 5 semaines du premier tour, il est temps que ces discussions aboutissent. Nous considérons donc qu’il ne sera pas possible de poursuivre nos échanges après le mardi 9 mai sans handicaper notre entrée en campagne. Nous sommes donc disposés à vous rencontrer dans les meilleurs délais pour échanger sur la base de cette proposition. 

Avec nos salutations fraternelles, Pour la France insoumise, Martine Billard, Raphaël Qnouch, Francis Parny, Manuel Bompard"

 

Les circonscriptions en débat

Dans 11 circonscriptions la France insoumise a d’ores et déjà investi des candidats issus du PCF ou rattachés à lui : 

- 2ème circonscription de l'Allier (Montluçon), ancienne circonscription perdue en 2007 

- 1ère et 5ème circonscription des Alpes-Maritimes (Nice et arrière pays niçois) 

- 1ère circonscription de l'Ariège (Foix, Ax les Thermes ...) 

- 2ème circonscription de l'Aveyron (Villefranche-de-Rouergue ...) 

- 2ème circonscription de Saône et Loire 

- 6ème circonscription des Yvelines (Poissy-Nord, Médan, Villennes-sur-Seine) 

- 1ère circonscription des Deux-Sèvres (Niort), la fédération s'était ralliée à la FI avant même le 37ème congrès 

- 1ère circonscription de la Sommes (Amiens), là où est investi François Ruffin 

- 1ère circonscription du Tarn et Garonne (Montauban, Quercy), l'ancienne secrétaire fédérale se présente ici contre le PCF 

- 3ème circonscription de Haute-Vienne (Nord de Limoges et du département), là ou est investi, par la FI et contre le PCF-ADS, Pierre-Edouard Pialat.

Retrait de la France insoumise dans 7 circonscriptions ou il y a des députés PCF sortants : 

- 13ème circonscriptions des Bouches-du-Rhône, Gaby Charroux est le député sortant 

- 2ème circonscription du Cher, Nicolas Sansu est le député sortant 

- 16ème circonscription du Nord, Jean-Jacques Candelier est le député sortant

- 20ème circonscription du Nord, Alain Bocquet est le député sortant 

- 6ème circonscription de l'Oise, Patrice Carvalho est le député sortant 

- 5ème circonscription du Puy-de-Dôme, André Chassaigne est le député sortant 

- 4ème circonscription de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet est la sortante 

Retrait de la FI dans 8 autres circonscriptions : 

- 4ème circonscription de l'Aisne (Soissons), ancienne circonscription de Jacques Desallangre, perdue en 2012 

- 14ème circonscription du Rhône (Vénissieux-Saint Priest), circonscription perdue en 2012 

- 3ème circonscription de Seine Maritime (Saint-Étienne-du-Rouvray) 

- 6ème circonscription de Seine Maritime (Dieppe) 

- 8ème circonscription de Seine Maritime (Le Havre), circonscription perdue en 2012 

- 1ère circonscription des Hauts-de-Seine (Gennevilliers), circonscription perdue en 2012 

- 11ème circonscription des Hauts-de-Seine (Bagneux-Malakoff), circonscription perdue en 2012 

- 2ème circonscription de Seine-Saint-Denis (Saint Denis), circonscription perdue en 2012

En contrepartie, le Parti Communiste retire ou n’investit pas de candidats sur 26 circonscriptions: 

- 2ème circonscription de l'Ariège

- 3ème circonscription des Bouches du Rhône (Marseille) 

- 4ème circonscription des Bouches du Rhône (Marseille) 

-7ème circonscription des Bouches du Rhône (Marseille), circonscription perdue en 2007 et historique du PCF 

- 4ème circonscription de Haute Garonne (Toulouse) 

- 9ème circonscription de Haute Garonne (Toulouse) 

- 2ème circonscription de l'Hérault (Montpellier) 

- 3ème circonscription de l'Isère (Grenoble) 

- 8ème circonscription de Moselle (Alrange, Florange) 

- 1ère circonscription du Nord (Lille) 

- 3ème circonscription de l'Oise (Creil) 

- 3ème circonscription du Pas-de-Calais (Lens-Avion) 

- 6ème, 9ème, 10ème, 15ème, 16ème, 17ème circonscriptions de Paris 

- 1ère circonscription du Vaucluse (Avignon) 

- 1ère circonscription de l'Essonne (Corbeil et Évry) 

- 10ème circonscription de l'Essonne (Grigny, Morsang-sur-Orge) 

- 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis (Saint-Ouen) 

- 6ème circonscription de Seine-Saint-Denis (Aubervilliers, Pantin), circonscription perdue en 2007 

- 7ème circonscription de Seine-Saint-Denis (Montreuil-Bagnolet), circonscription perdue en 2012 

- 2ème circonscription du Val-de-Marne (Créteil) 

- 10ème circonscription du Val-de-Marne (Ivry-Vitry), circonscription perdue en 2012 

- 8ème circonscription du Val-d'Oise (Garges-les-Gonesses)