En 1978 la gauche était proche du pouvoir.

En 1988 Mitterrand dominait la France.

En 1998 c’était au tour de Jospin.

En 2008 Sarkozy se pensait au pouvoir pour longtemps.

En 2018 la jeunesse est enfin au pouvoir ?

 

Dans tous les cas le rappel de 68 a toujours servi à oublier les grandes journées de 1958 ! Or 1968 est un des enfants bien connus de 1958 ! L’histoire est toujours la réécriture de l’histoire. Le plus souvent, au nom de la mémoire elle organise l’oubli.

En notre époque de glorification de l’histoire longue, les commémorations viennent rappeler l’importance des dates et en l’occurrence du temps bref.

Comme le dit l’autre, les deux visages de histoire s’épaulent en même temps, sauf que le souci majeur du temps long consiste à éliminer le temps bref des révolutions, qui au bout du compte ne seraient qu’un printemps.

Aujourd’hui c’est le printemps 2018 qui commence et avec Macron au pouvoir personne ne peut crier « Dix ans, ça suffit ! ». Les raisons d’une révolution n’en sont pas moins présentes, avec des grands médias près à la mettre en musique ! Si la révolution ne l’a jamais été, le recyclage, lui, est permanent.

J-P Damaggio