michéa

De, quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? passons à la question plus juste : quels enfants allons nous laisser au monde ?

C’est par la mise en scène du livre de Jean-Claude Michéa, L’enseignement de l’ignorance, que pendant une heure nous vivons au rythme de la pensée de l’écrivain.

http://revuelimite.fr/lenseignement-de-lignorance-au-festival-davignon

Bien sûr on pourrait croire qui ce titre renvoie au livre de Jacques Rancière : Le maître ignorant. Il en est l’inverse mais voyons les faits.

Voici le résumé officiel de l’adaptation en spectacle vidéo-musical par Seb Lanz, artiste avignonnais, de l’essai de Jean-Claude Michéa.

cours vite

« Imaginez un monde où l’élite dominante, tout en prétendant combattre l’Ignorance, ferait en réalité tout pour la propager. Dans ce monde, la culture servirait à neutraliser les masses (= toi, moi, nous) en étouffant dans l’œuf l’idée même de révolte collective. Ce serait le monde de l’Enseignement de l’Ignorance. Ce monde, c’est le nôtre. »

 En mettant en scène L’Enseignement de l’Ignorance au sein de l’association DDCM qu’il a lui-même fondée, le metteur en scène, musicien et comédien avignonnais s’attaquait à deux défis importants. Premièrement, comment adapter pour la représentation scénique un texte qui, à l’origine, n’est pas destiné à l’être et secondement, comment faire pour conserver la radicalité du texte et la transmettre le mieux possible aux spectateurs?

 Le spectacle a du mal à démarrer avec un pianiste qui joue pendant que sur un écran se déroule le texte de Michéa. Puis deux comédiens entrent en scène et petit à petit le côté pédagogique fait place au côté spectacle, duquel je vais retenir juste un moment, quand apparaît en toile de fond le slogan bien connu de 68 : « Cours camarade le vieux monde est derrière toi », à un moment de l’histoire en 68, où les classes dominantes ont pu placer leur vieux monde devant nous ! Un part du mouvement de 68 a voulu nous faire courir vers notre propre exploitation aggravée, quand une part du passé nous offrait tant d’outils de résistances ! En fait c'est le capitalisme qui a décidé que du passé il fallait faire table rase !

Tout comme apprendre a consisté à partir de là à apprendre l’ignorance (non par l’action des enseignants mais par des politiques faisant société), faire la révolution a consisté à renforcer le capitalisme !

Et pour détruire Michéa, le voilà du côté du pianiste, du côté de l’enseignement du grec et du latin et donc du côté des réactionnaires ! Les contresens sont toujours au coin de la rue !

Dans l’enseignement des l’ignorance ce ne sont pas les enseignants qui sont en cause c'est l'institution elle-même qui broie même les velléités des professeurs à "vouloir encore transmettre un peu de lumières et de civilités." L’enseignement de l’ignorance est un vrai projet tout comme l’idée de faire la révolution pour que rien ne change !

 Ce projet théâtral était un peu fou mais il fonctionne et il fonctionne après une mise en place sur plusieurs années (2013-2017)

 En 2004 Jean-Claude Michéa avait été invité dans le cadre du Festival IN à débattre au théâtre des idées sur le nouvel esprit du capitalisme avec Anselm Jappe. Depuis l'histoire confirme les études du philosophe. J-P Damaggio

P.S Voir mon texte sur il est interdit d'interdire