J'avais raté l'annonce il y a un pe lus d'une semaine de l'entrée en compétition de la droite aux municipales à Castelsarrasin. Une petite note lève un peu le voile du côté du PCF. Et d'entrée on mesure le dépit de ceux qui voulaient une liste de ralliement au centre. Avec M. Benech ou sans lui ? On va sans doute vers trois listes à Castelsarrasin. J-P Damaggio

 

Publié le 17/10/2019 à 05:04 , mis à jour à 10:20

Municipales-2020, Castelsarrasin, Tarn-et-Garonne

Premier à se lancer officiellement dans la bataille des municipales de mars 2020 à Castelsarrasin (1), André Angles a décidé de franchir le Rubicon en annonçant sa candidature, ce jeudi matin.

Celle-ci surprendra, sans doute, les artisans d'un ralliement au centre autour d'une liste d'union, elle confirme pour les sympathisants d'André Angles, la suite d'un parcours politique. Élu la première fois conseiller municipal en 1989 lors du premier mandat de Bernard Dagen, André Angles n'est pas un novice de la vie politique communale.

Cet ancien agriculteur a longtemps été la figure de proue locale de la profession et longtemps adjoint à l'agriculture de 1995 jusqu'à 2014 de l'ancienne équipe municipale Dagen. Depuis lors, il a tenté d'incarner l'opposition municipale avec le reliquat de l'ancienne équipe défaite de «Castel d'abord», en avril 2014, face à Jean-Philippe Bésiers. Une position pas toujours aisée face aux nombreuses attaques du maire sortant critiquant vertement depuis près de six ans la gestion de «bon père de famille» de l'équipe Dagen.

Il en avait déjà rêvé en 2014 et n'avait pas osé, cette fois, c'est fait, André Angles est bien «candidat à la tête d'une équipe nouvelle et motivée», indique-t-il autour d'une liste baptisée «Tous pour Castelsarrasin» en vue «d'un projet alternatif». Un dernier mot pas anodin dans la bouche du retraité dont l'engagement dans les rangs de la Droite est ancien. Interrogé sur ce sujet, il confirme qu'il sera, cette fois, «sans étiquette». Il annonce : «Je n'ai pas repris cette année ma carte chez Les Républicains (LR)». Et de s'en expliquer : «Mes collègues m'ont souvent reproché d'être encarté, j'ai voulu leur montrer que je n'avais pas peur d'y aller sans cela, sans toutefois renier mes convictions : mon âme demeure à Droite». La candidature «indépendante» d'André Angles se veut, insiste-t-il, celle d'un «modéré» pouvant rassembler au-delà de son ancien parti. Il lui faudra pour cela convaincre vite dans ses propres rangs, le candidat attestant avoir «trop perdu de temps, trop attendu» une réponse des quatre autres collègues de son ancienne liste. «La porte n'est pas fermée, il est temps de se réveiller», assure-t-il en indiquant avoir déjà derrière lui beaucoup de gens de la société civile.

Pas d'alliance avec le RN

Quant à la rumeur selon laquelle il aurait pu être la tête d'une liste du RN qui se cherche désespérément un leader sur la commune, André Angles bat en brèche cette fake news. «Il n'y a aucune passerelle avec le RN, ni d'ailleurs avec LR, ma liste est indépendante, répète-t-il. Mon seul objectif, c'est le futur de Castelsarrasin pour en faire une ville intergénérationnelle, plus solidaire, plus humaine, respectueuse de ses habitants, et surtout plus sûre.» Max Lagarrigue

(1) En juillet dernier, Maximilien Reynès-Dupleix avait annoncé avoir été désigné chef de file des communistes de la commune en vue de construire une liste. Il confirme, pour l'heure, qu'aucune tête de liste n'a été désignée et que rien n'indique, à cet instant, que le PCF présentera bien une liste.