Dans la vie d'un Conseil départemental l'élection du président est une chose, la mise en place des commissions une autre et cette dernière n'est pas moins importante que la première.

J'étais donc présent à la dernière séance pour suivre cette nouvelle étape éclairante de la vie du Conseil départemental. Je n'ai pu la suivre en entier (dans un prochain article je ferai part de mes observations sur le vote du règlement intérieur) en conséquence je suis obligé de m'en tenir à ce qui est écrit sur le site du CD.

 Christian Astruc a fait en sorte qu'y compris la minorité PS-PRG aient des présidences de commission.

C'est là un signe très clair d'ouverture d'autant que 2 PRG et 1 PS ont accepté.

Pourquoi les présidences de commission sont importantes ? Car c'est là que se fait le travail concret, le travail au quotidien.

Et la première des commissions cruciales, c'est d'ailleurs la première en titre : la commission des finances. Aucun projet ne peut voir le jour sans l'aval de cette commission. Hier l'incontournable président s'appelait Bernard Dagen, et aujourd'hui c'est le Conseiller départemental de Caussade, Monsieur Hébrard dont les fonctions professionnelles (comptable) sont celles qui sont appropriées. Ce n'est pas une surprise si on y retrouve comme vice-présidente Mme Barèges et comme secrétaire J-P Bésiers. L'autre ténor du CD est aussi présent comme membre : M. Baylet. Les autres participants risquent fort de faire seulement de la figuration et de découvrir quelques foires d'empoigne...

Dans la deuxième commission, le président est un ancien de la maison, M. Viguié qui va devoir s'occuper du personnel. Lui aussi travaillera sous l'œil de Mme Barèges et avec comme secrétaire Madame Nègre celle qui a échoué à la présidence. La voici donc avec un poste de responsabilité qui suppose une cogestion de CD. Elle occupe ce même poste de responsabilité à la commission éducation, déterminante pour la gestion des collèges.

Pour les questions de santé et de solidarité il y a deux professionnels de santé dans la place. Mme Baulu et M. Mardegan.

Deux femmes à l'agriculture et à la ruralité. Je ne connais pas la présidente Mme Colombié mais la vice présidente Mme Cabos est sérieusement de la partie.

Là où arrivent les surprises c'est quand on trouve trois présidences offertes à la minorité.

Dans la 8ème commission : Aménagement du territoire, Tourisme et Patrimoine, la présidente : Mme DEBIAIS est la binôme de Deprince (mais elle est passée chez les Indépendants qui de ce fait sont plus nombreux que le PRG) et la vice-présidente  Mme MAURIÈGE est très impliquée dans la question avec à nouveau comme secrétaire : Mme Barèges.

Une autre commission est dirigée par le PRG, la 9ème sur l'Environnement avec comme président M. WEILL.

Enfin la dernière commission : Culture et patrimoine est dirigée par M. DESCAZEAUX avec comme vice-président : M. HENRYOT et comme secrétaire, Mme FERRERO.

 En acceptant ces présidences les 2 PRG et le PS ont-ils trahi ? Pour ceux qui croient que la présidente (ou la co-présidente) c'est Barèges alors oui, en voici qui sont passés à l'adversaire. Sauf que le président c'est Christian Astruc et Ghislain Descazeaux (pour prendre son cas) sait très bien qu'il va pouvoir travailler en confiance et que ses activités culturelles lui permettent également de travailler en connaissance de cause. Bien sûr, en dernier ressort c'est la commission des finances qui tranche mais il aura toute latitude pour faire ses propositions.

Avec Mme Barèges présidente toutes les présidences de commission auraient été attribuées à la majorité. Là le président a souhaité travailler avec tous.

M. Weill, vice-président au Grand Montauban travaille déjà avec Mme Barèges…

A mes yeux, sauf le type de répartition des finances, Mme Barèges et M Baylet conduisent des politiques similaire que je combats (en actes) mais, à partir du choix des électeurs, il reste à trouver les personnes les plus capables, aux postes qui leur conviennent le mieux. Les choix de M. Astruc me paraissent judicieux. Ce qui ne signifie pas que je me range derrière son drapeau ! J'espère seulement, qu'étant aux commandes, ils œuvreront au mieux de l'intérêt général. Jean-Paul Damaggio

PS : Barèges est dans six commissions sur 11.

Il y a 6 présidents et 5 présidentes. C'est la quasi parité comme pour la commission permanente et parmi les présidences elles-mêmes du CD. L'implication des femmes est très importante alors que sauf Sardein-Rodriguez elles sont toutes nouvelles. Faut-il rappeler le bilan catastrophique de la gestion Baylet sur ce point ?