djemila Benhabib

Coïncidence canadienne : Aujourd'hui  Homa Hodtar est libérée en Iran et s’ouvre le procès de Djemila Benhabib au palais de justice de Montréal, procès intenté par un établissement scolaire privé portant le nom d’Écoles musulmanes de Montréal (EMMS). Quelle qu’en soit l’issue, ce procès interpelle de nombreux citoyens sur la place accordée à la liberté d’expression, à l’égard notamment des dogmes et des comportements religieux, au Québec, en 2016.

 Ce procès est cruellement symbolique. D’un côté, des religieux qui encouragent au hijab dès le plus jeune âge dans un pays démocratique. De l’autre une femme libre, militante de l’égalité des sexes et de la laïcité, originaire d’un pays qui a été laminé par l’islamisme. Deux camps, deux visions de la femme, deux conceptions du monde. Beaucoup de féministes, universitaires engagées dans le débat intellectuel et politique, ayant accès à la parole publique, s’expriment très régulièrement dans les médias. Dans ce procès, leur mutisme n’en est que plus révélateur.

Dans la pièce ci-jointe ci-dessous deux entretiens avec Djemila Benhabib, l'un dans l'Humanité et l'autre dans le Soir d'Algérie dont je souligne le courage. J-P Damaggio

Djemila_Benhabib