En politique on s'étonne des promesses non tenues. Mais comment ne pas s'étonner d'abord des promesses intenables !

Le document que Sylvia Pinel a envoyé aux habitants est totalement ahurissant ! Juste un petit mot quelque part sur son action de ministre et pour le reste l'impossible s'ajoute à l'impossible.

 Je prends juste l'exemple de la page 3 car je connais un peu la question.

- Réduire les effectifs des élèves dans les classes. Très bien mais avec combien de postes nouveaux ? Et chaque poste a un prix.

- La scolarisation des plus petits. Très bien mais avec combien de postes nouveaux ? Et chaque poste a un prix. Je rappelle qu'il n'y a pas si longtemps le TetG était en pointe sur ce point mais il a fallu déchanter !

- Construire et agrandir les établissements scolaires : indépendamment du fait que ça ne relève pas pour la construction de l'action des députés, quelle somme mettre sur la table ?

- Promouvoir la laïcité : bon là on peut faire à moyens constants !

- Accompagner les projets des territoires en faveur de la culture, du sport ou du tourisme. Jusqu'à hauteur de quelle somme ?

 Cette seule page se chiffre en milliards d'euros de dépenses nouvelles et c'est seulement à la fin que l'on apprend : "ne pas engager de dépenses nouvelles sans compensation pour ne pas alourdir la charge fiscale des contribuables." Et bien sûr ! réduire la dette !

 Or, Sylvia Pinel écrit sur son document de campagne : "Accompagner l'ensemble des projets structurants de notre département et en particulier le projet de LGV qui doit se réaliser tout en offrant des garanties aux personnes ou aux activités impactées."

Cette seule mesure, non financée à ce jour, coûte 10 milliards alors faites le total des six pages de promesses et ensuite ne vous plaignez pas si la plupart sont sans suites : il n'y a rien pour les réaliser !

 Par ailleurs Sylvia Pinel a été ministre, puis a fait campagne pour les Régionales, puis pour se faire élire Présidente du PRG, et ensuite a participé à la Primaire de la gauche. Total son bilan est nul ! Mais elle est prête à continuer pareil[1]. Il reste alors une question : qui peut la battre ? Tout le monde pense au FN, mais les candidats France insoumise peuvent bousculer le jeu au vu des sondages actuels et des résultats de la présidentielle. France Insoumise est donné avec 4% de moins en moyenne (soit 2% pour le PCF et 2% pour les autres candidats), le FN est dans les mêmes eaux, Pinel en candidate Macron ne peut rêver d'avoir toutes les voix Macron (900 de plus que Mélenchon) et beaucoup de voix de Hamon, alors que peut-il se passer ? Il suffit de lire La Dépêche pour comprendre : dans tous les départements les candidats France insoumise sont souvent oubliés, masqués, tronqués. A Tarbes les candidats France insoumise ont même occupé les locaux du journal ! A suivre. J-P Damaggio

[1] Son suppléant a été beaucoup plus actif et on se demande pourquoi, pour la première fois depuis longtemps, le suppléant est un membre du PRG et non du PS (même à tendance proche du PRG). Ce n'est pas une solution qui peut l'aider à améliorer son résultat.