20170725-paris-an-seance-moralisation-amendement-531-vote

Le mieux pour se renseigner est d'aller sur le site internet de la députée du Tarn-et-Garonne où on peut lire :

 "Hier soir, c’est ma collègue Delphine Batho qui a présenté mon amendement n°531, tout simplement parce que du fait du retard pris dans les débats, mon amendement est arrivé en discussion beaucoup plus tard que prévu, et il est arrivé au moment où j’étais sur le plateau de BFM.

Cet amendement concerne les liens entre les collaborateurs parlementaires et les lobbys. Aujourd’hui rien n’interdit qu’un collaborateur travaille à mi-temps avec un député, et que pour l’autre mi-temps qu'il soit salarié d’un cabinet de lobbying. L’amendement que j’ai proposé vise à interdire aux collaborateurs parlementaires de recevoir des indemnités de la part de lobbys pendant le temps où ils sont salariés d’un parlementaire.

Lors de la discussion parlementaire, la rapporteure a d’abord donné un avis défavorable, ainsi que la Ministre. Puis le groupe la République En Marche a demandé une suspension de séance.

.. et finalement mon amendement a été voté, grâce à la mobilisation de tous les députés dont ceux du groupe La République En Marche qui pour la 1ère fois ont voté contre l’avis du Gouvernement et du rapporteur."

 

C'était le mardi 26 juillet 2017 dans la soirée que l’Assemblée Nationale a voté, à 273 voix contre 14 (je croyais qu'il y avait 577 députés ?), un amendement interdisant la rémunération, partielle ou totale, des collaborateurs parlementaires par les lobbies. L’amendement de Valérie Rabault a reçu le soutien des députés de la France Insoumise (Cocquerel expliquant qu'il hallucine à entendre l'existence d'une telle possibilité) et du MoDem. Nicole Belloubet, la Garde des Sceaux, aurait préféré que le sujet soit traité de façon plus discrète, en interne dans les bureaux de l’Assemblée, plutôt que par un amendement.

Le vote de cet amendement démontre que le gouvernement aurait pu aller plus loin dans sa lutte pour la moralisation en frappant les lobbies. Mais telle n'est pas sa politique.

Jean-Paul Damaggio

P.S. Je ne manque pas de dénoncer les positions de Valérie Rabault sur la LGV mais ça ne m'empêche pas de reconnaître qu'elle fait un travail de députée très positif. Elle est clairement opposée au gouvernement et le nombre de ses amendements est important.