soldat menteur

Je viens de relire le récit de Jacques Bureau, Un soldat menteur. Je me souviens René Bonetti m’avait dit : tu as lu ce livre ?. Et nous étions tombés d’accord : extraordinaire. Le relire, c’est un peu retrouver un peu de ce temps ancien des années 90. Le titre Un soldat menteur, tient au fait que Jacques Bureau était membre d’un réseau qui avait pour fonction de tromper les services allemands. En conséquence, les personnes arrêtées se devaient de parler ! De raconter que le débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais en septembre 1943. Ils se devaient d’être crédibles. En conséquence, au moment de l’arrestation, Jacques Bureau n’est pas étonné, il sait qu’un autre membre du réseau a vendu la mèche. Il se trouve ce jour-là chez lui, avec sa femme, et les deux amis de toujours, Chabrun et Noël Arnaud car ils travaillent à La Main à Plume.

Le livre est fantastique par le récit, le style et la sincérité.

Parce que Jacques Bureau n’était pas un homme ordinaire.

C’est lui qui va faire de Noël Arnaud un fonctionnaire sa vie durant. Fonctionnaire au ministère de la Santé du début des années 40 à sa retraite, il était un spécialiste de la conception d'hôpitaux et termina sa carrière comme chargé de direction des hôpitaux.

A la page 102 il écrit : «J’avais fait entrer à l’Institut nationale d’hygiène mes amis les plus sûrs, ceux qui avaient vocation de devenir un jour mes complices : Noël Arnaud et sa femme Cécile.» Déjà bien avant il avait parlé des jours heureux de Réverbères et du Hot-Club (p.84).

Chabrun était un trotskyste ce que ne fut jamais Noël Arnaud.

Jacques_Bureau arrestation

J-P Damaggio