L-intelligence-des-limites

Voici la présentation par Le Monde du dernier livre de Patrick Tort où on retrouve à la fois les obsessions anciennes de l'auteur et les nouvelles approches. J-P Damaggio

Le Monde

17 juin 2019

La civilisation et le Smilodon

 Quel rapport la civilisation humaine entretient-elle avec les canines démesurées du tigre à dents de sabre, le terrible Smilodon de la préhistoire ? Le lecteur de Pif le chien le sait. Rahan, à l’aide de son coutelas d’ivoire, tranchait la gorge du formidable prédateur… Non, la piste est fort mauvaise. Pour le savoir, il faut méditer le dernier livre de Patrick Tort L’intelligence des limites, qui se présente comme un Essai sur le concept d’hypertélie. Déjà auteur d’une œuvre monumentale (1) sur Charles Darwin et le darwinisme, le philosophe propose là une discussion pour le moins ébouriffante puisqu’on pourrait la résumer d’une formule choc : la civilisation est à l’homme ce que ses canines démesurées sont au Smilodon. Même le lecteur peu habitué aux développements hardis que le théoricien livre à plume acérée et prolixe devine qu’il va faire quelques détours avant d’arriver à bon port. Mais, il peut compter sur la rigueur et le talent didactique de l’auteur pour parvenir au bout du voyage. Et du raisonnement.

Megaloceros et ses bois

Patrick Tort débute sa réflexion avec un retour sur une ancienne question susceptible de désarçonner le biologiste de l’évolution débutant, victime d’une compréhension rudimentaire de Charles Darwin. La question ? Comment expliquer que la sélection naturelle produise des «exagérations», comme les bois démesurées du cerf Megaloceros giganteus de la préhistoire ou, justement, ces étranges canines «trop longues» du Smilodon. Puisque, la dite sélection naturelle est censée éliminer les «excroissances» désavantageuses pour les individus. Des évolutions étranges, baptisées «hypertélies» (littéralement, «allant au delà du but») par la suite.

A son habitude, Tort ne laisse aucune question du lecteur de côté. Oui, les bois du Mégaloceros sont hypertéliques. Défavorables à la survie de l’individu confronté à ses prédateurs. Mais si efficaces dans la compétition pour l’accès aux femelles – le concurrent est si effrayé par la vigueur que «semble» révéler la démesure des bois qu’il s’enfuit en général sans combattre, et la femelle est séduite – que le mâle ainsi doté aura plus de descendants, perpétuant le caractère. Mais il règle son compte à l’hypertélie du Smilodon. Non, ont découvert par la suite les paléontologues, il n’y a aucune «exagération» dans ses canines, l’animal s’en servant pour achever ses proies, de gros herbivores, après les avoir maîtrisées à l’aide de membres antérieurs particulièrement puissants. Et c’est la raréfaction de ces grosses proies qui semble avoir provoqué son extinction et non ses canines injustement accusées de le desservir.

Instincts sociaux

Reste le concept. Celui d’hypertélie : le dépassement de l’utile, de l’avantageux ou de l’adapté, accompagné d’un handicap, mais ce dernier compensé par un avantage parallèle. Le philosophe va en faire un usage intensif dans un retour sur son apport central : «l’effet réversif de l’évolution», ou comment la sélection naturelle des instincts sociaux chez les ancêtres de l’homme et chez l’homme pré-historique a produit, naturellement et progressivement, une civilisation fondée sur la protection des faibles, et donc sur des comportements anti-sélectifs. Un processus dénué de débuts absolus comme de fin. Une civilisation vue comme une hypertélie, permise par un cerveau qui, lui, n’a rien «d’hypertélique», explique Tort à la suite de Darwin. Démentant ainsi la «trahison» de Wallace qui voulait voir dans notre organe de la pensée une intervention divine, puisque sa croissance et ses «multiples inventions», écrit Darwin, ne résultent de rien d’autre que la sélection naturelle.

Cette idée, fondamentale chez Darwin et au cœur de son ouvrage La Filiation de l’Homme et la Sélection liée au sexe, a longtemps, souvent, et est encore, masquée par une lecture inattentive, ou malhonnête du grand biologiste. Tort en livre une énième démonstration, toujours nécessaire. Mais l’essentiel de son Essai est ailleurs : montrer qu’il est possible d’analyser l’émergence et l’approfondissement de la civilisation – autrement dit l’extension à tous les membres du groupe, de la tribu, puis de toute l’Humanité – de la «sympathie» et de l’aide, comme un processus hypertélique.

Vaccins et aide sociale

Un processus d’une grande complexité, où la «protection collective des individus» résulte de l’hypertélie «primordiale», chez les ancêtres simiesques de l’Homme, des instincts sociaux. Aujourd’hui, il prend la forme des vaccins, du soin aux malades et des aides sociales… desquels un regard trop rapide pourrait conclure : tout cela favorise la reproduction des faibles de corps et d’esprits, ce qui est contraire à la sélection naturelle. C’est vrai, opine Tort à la suite de Darwin, mais c’est justement un «effet réversif» de cette même sélection naturelle. Car la domination de l’Homme sur la nature – au point de transformer cette dernière pour la plier à ses besoins, autrement dit son succès sélectif qui lui a permis de coloniser le moindre recoin du globe – est le résultat de la sélection naturelle… des instincts sociaux chez nos ancêtres. La civilisation est une hypertélie, et il faut accepter son apparente contradiction avec la sélection «des plus aptes» par le fait qu’elle manifeste «la plus noble partie de notre nature», écrit Charles Darwin dans La Filiation de l’Homme.

A son habitude également, Tort prend soin de citer Darwin sans en hacher le texte en menus morceaux, une pratique souvent au service de la duperie. En voici un exemple à méditer où Darwin anticipe quelque peu l’extension à toute l’Humanité de la sympathie envers ses proches : «A mesure que l’homme avance en civilisation, et que les petites tribus se réunissent en communautés plus larges, la plus simple raison devrait aviser chaque individu qu’il doit étendre ses instincts sociaux et ses sympathies à tous les membres d’une même nation, même s’ils lui soient personnellement inconnus. Une fois ce point atteint, il n’y a plus qu’une barrière artificielle pour empêcher ses sympathies de s’étendre aux hommes de toutes les nations et de toutes les races. Il est vrai que si ces hommes sont séparés de lui par de grandes différences d’apparence extérieures ou d’habitudes, l’expérience malheureusement nous montre combien le temps est long avant que nous les regardions comme nos semblables. La sympathie portée au delà de la sphère de l’homme, c’est à dire le sentiment d’humanité envers les animaux inférieurs, semble être l’une des acquisitions morales les plus récentes» (La Filiation de l’Homme, chap IV).

Hypertélie et capitalisme

L’étonnant est que Darwin écrit cela lors de la plus grande extension de l’Empire Britannique, à coups de canons, en particulier en Asie, au nom de la «libre entreprise». Quant à Tort, il poursuit son ouvrage avec une série de réflexions stimulantes autour du concept d’hypertélie appliqué au monde capitaliste actuel : mondialisé, saoul d’innovations techniques permanentes, riche de milliardaires et de produits de luxe inouïs – l’équivalent de « l’exagération» des bois du Megaloceros giganteus qui font penser au Capitalisme de la séduction analysé par Michel Clouscard – et confronté aux défis écologiques liés à la finitude du monde et de ses ressources face à un système incapable de se limiter. «Le capitalisme est hypertélique, et il le sait», assène le philosophe.

Tort, logiquement, insiste sur ce dernier point, revient longuement sur le rapport Meadows (le rapport dit du Club de Rome de 1972) et ses suites actuelles, le changement climatique, l’écologie politique – avec un retour érudit sur les rapports entre Marx, Engels et Darwin. Le concept d’hypertélie y trouve de singulières analogies, comme avec le fameux «jour du dépassement», le jour de l’année où l’Humanité consomme plus que la capacité de renouvellement des ressources naturelles, atteint le 2 août pour l’année 2017. Dans la fabrique de la «compulsion consumériste». Ou dans la surabondance des «simulacres», «symboles» et spectacles télévisuels… ce qui permet à Tort d’écrire : « l’hypertélie est devenue dans l’univers culturel le mode d’être du système économique, politique, militaire, techno-scientifique et idéologique du capitalisme». Dans cette partie de l’ouvrage, le philosophe rompt avec vigueur et rigueur de nombreuses lances idéologiques et politiques, pour le bonheur du lecteur. Et livre son analyse de ce que doit signifier aujourd’hui «le pessimisme de l’intelligence et l’optimisme de la volonté». Sylvestre Huet