philippot

Pour les médias la politique se réduit toujours à une querelles des chefs. Ce qui est vrai en partie, mais surtout pas au FN ! Tout le monde sait que Philippot ayant quitté le FN ne pèse plus rien dans la société mais qu'importe, il a les honneurs des micros pour tenter de décrédibiliser le FN à son propre profit. Mégret avant lui a tenté la même manœuvre avec l'appui de nombreux élus FN mais sans succès.

Oui mais cette fois le FN ce n'est plus le père, mais la fille qui serait en difficulté. Elle a été au second tour de l'élection présidentielle, elle a presque doublé le score de son père de 2002 et elle serait en perdition ? C'est prendre pour rien l'électorat FN ce que Philippot a eu tendance à faire ! Philippot a cru qu'à occuper les médias il allait gagner et il a perdu ! Marine Le Pen a compris que pour devenir députée il était préférable d'arpenter sa circonscription que de courir derrière les caméras, et elle a gagné. Alors qu'un débat télévisé l'avait, dit-on, mise K.O.

Je l'ai démontré dans mon livre sur le FN, ce parti n'est pas le produit de ses dirigeants mais de ses électeurs qui pour des raisons multiples choisissent de plus en plus l'étiquette FN. En conséquence, les querelles de chefs qui ont été constantes n'ont eu que eu d'effets temporaires sur les résultats. Même quand le personnage exclu en a été le fondateur !

Avanar MLP, il y avait la difficulté du report de voix au second tour, ce parti étant clivant. JMLP le vérifia en 2002 quand son score fut moindre au second tour qu'au premier. A partir de 2011, MLP a pu découvrir que ses candidats pouvaient doubler leurs voix au second tour ! Parce qu'elle avait dédiabolisé l'étiquette ? Parce que la crise s'aggravant la confiance envers l'UMPS diminuait !

J'avais écrit le 25 septembre 2016 : "Et si à la présidentielle Marine Le Pen passe de 25 à 40% le fait majeur ne sera pas son incapacité à passer la barre de 50% mais sa capacité à récupérer des électeurs ailleurs que sur son étiquette. C'est d'ailleurs ainsi que le F.N. avance : certains électeurs votant au second tour pour le F.N. le font ensuite au premier tour."

Et si elle n'a pas réussi à atteindre le 40% pour ne pas avoir atteint au premier tour le 25%, son score est porteur d'avenir pour elle, d'autant plus que ce n'est pas Macron qui va réjouir les Français.

Mais voilà, Philippot vient lui savonner la planche par médias interposés, sauf que c'est la sienne qu'il savonne !

Pour défendre le système, les médias aiment secouer l'épouvantail FN, et ensuite ils peuvent dire qu'on a évité le pire... qu'ils étaient les seuls à annoncer ! C'est vrai la différence avec Mégret c'est que la sanction des urnes est arrivé très vite, vu le calendrier électoral. Philippot a deux ans pour le beau ! Ensuite les médias trouveront une autre querelle, Marion contre Marine. J-P Damaggio